Dernières Publications

A Savoir

Vidéo

  • KINSHASA | Des panneaux horaires et itinéraires pour les bus Transco

    Le 02 Avril 2015 à 00:00 Lancer
  • 100 Nouveaux BUS de TRANSCO a Kinshasa

    Le 03 Octobre 2014 à 00:00 Lancer
  • Visite du Premier Ministre Matata Ponyo à Transco

    Le 05 Février 2014 à 00:00 Lancer
  • Voir toutes les videos >>

Seule voie d’accès au dépôt de TRANSCO, l’avenue Bosango risque de se couper en deux

Si rien n’est fait dans les jours qui viennent Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo risque de connaitre une catastrophe dans le transport urbain et pénaliser des milliers de personnes. En effet, la pluie diluvienne qui s’est abattue dans la ville de Kinshasa le mercredi 15 novembre 2017 dernier a causé d’innombrables dégâts  aussi bien humains que matériels. L’avenue Bosango n’a pas été épargnée par cette catastrophe naturelle. Il faut noter que cette avenue, située dans la commune de Masina constitue l’unique voie d’accès au dépôt de TRANSCO où sont garés la majorité des bus exploités pour le transport  de la population et où sont installés les bureaux de la Direction Générale. C’est de ce dépôt, qu’à partir de 4h00’ du matin sort la majorité des bus destinés à transporter aussi bien les élèves abonnés au réseau scolaire que les personnes qui se rendent à leurs lieu de travail ou de négoce. L’avenue se trouve dans un état de dégradation très avancé et sa détérioration s’empire de jour en jour. Une situation qui perdure depuis près d’une année et ce sans qu’une solution durable n’ait été trouvée. Déjà à l’entrée, c’est-à-dire au croisement avec le boulevard Lumumba, l’avenue est réduite presque de moitié non seulement par les vendeuses du petit marché de fortune qui ont envahie la voie en étalant à même le sol leurs marchandises, mais aussi à cause des épaves des véhicules entassés de part et d’autre de la chaussée. Ceci contraint les conducteurs à plus de vigilance et surtout plus d’ingéniosité pour se frayer un chemin sans endommager les véhicules. Plus loin, ce sont les stigmates des pluies diluviennes qui se sont abattues sur la capitale l’année dernière qui sont encore visibles. La chaussée s’est effondrée à plusieurs endroits avec le risque de couper la voie en deux.

A quelques mètres du petit stade, ce sont des montagnes d’immondices qui se sont accumulées offrant un spectacle désolant. La population riveraine assiste impuissante à la dégradation de cette voie dont l’importance n’est plus à démontrer. Si aucune solution n’est trouvée dans les jours qui suivent ce sont des millions de Kinois transportés chaque jour qui en subiront les conséquences.

Rédigé par

B.MUZEKE