Dernières Publications

A Savoir

Vidéo

  • KINSHASA | Des panneaux horaires et itinéraires pour les bus Transco

    Le 02 Avril 2015 à 00:00 Lancer
  • 100 Nouveaux BUS de TRANSCO a Kinshasa

    Le 03 Octobre 2014 à 00:00 Lancer
  • Visite du Premier Ministre Matata Ponyo à Transco

    Le 05 Février 2014 à 00:00 Lancer
  • Voir toutes les videos >>

Le personnel de TRANSCO édifié sur les facteurs, les signes et la prise en charge du cancer du sein

Selon les études menées par les experts en santé, une femme meurt environ toutes les 53 minutes de suite des complications du cancer du sein. C’est pourquoi il a été convenu que la sensibilisation en amont reste le plus efficace des remèdes. S’alignant derrière cette vision, la Direction Générale de TRANSCO par le biais du Regroupement des Femmes Travailleuses de TRANSCO a initié une séance de sensibilisation à l’intention de son personnel et celui féminin en particulier. Une séance animée le samedi 9 décembre 2017 par la Fondation Bomoko, qui signifie unité en lingala, une des quatre langues nationales de la République Démocratique du Congo.

Avec son slogan «  Pour une génération sans cancer », cette Fondation s’est donné pour mission d’accompagner et d’orienter  vers les centres de santé partenaires à la Fondation les personnes atteintes du cancer du sein, de la prostate, du col de l’utérus, du colon et celles atteintes de leucémie.

Dans son exposé, le Docteur Emmanuel Kitapindu, Médecin volontaire à la Fondation et au Centre Hospitalier de Monkole est revenu sur les facteurs qui représentent un risque de développement du cancer du sein car les véritables causes de cette maladie restent jusqu’à ce jour inconnues. Il a épinglé la prédisposition familiale, une première grossesse après 35 ans, les règles précoces, une ménopause tardive, une consommation régulière d’alcool et de tabac, l’obésité après la ménopause et l’absence d’activité physique régulière de près de 30 minutes par jour. Les signes d’un cancer sont entre autres le plissement de la peau du sein, une boule dans l’aisselle, le changement de la peau du mamelon, la rétraction du mamelon, l’augmentation inhabituelle de la taille du sein, un sein anormalement plus bas que l’autre, l’élargissement des glandes, et une enflure inhabituelle dans l’aisselle.

Le Docteur Kitapindu a également évoqué les signes tardifs qui préconisent un cancer à savoir les nausées, les vomissements, la perte du poids, la jaunisse, des douleurs osseuses, des céphalées, essoufflements et toux.

Mme Melissa Amisi, présidente de la Fondation est quant à elle revenue sur la mission de la Fondation et a encouragé l’autopalpation qui demeure le moyen le moins coûteux. Elle a également indiqué que le cancer du sein n’est pas seulement l’apanage des femmes, même les hommes sont concernés

Mlle Neneth  étudiante, a rendu aussi son témoignage car elle a souffert du cancer du sein. Son témoignage s’est voulu une prise de conscience de chacun car la maladie ne choisit pas qui atteindre.

Pour conclure cette rencontre, la Présidente du RFTT Esther Nkongolo a invité l’assistance a partagé l’information car dit-on « mieux vaut prévenir que guérir ».

Rédigé par

B.M