Aucun bus TRANSCO n'a fini sa course dans fleuve Congo

Une fausse information attribuant à TRANSCO le fait qu’un de ses bus ait fini sa course dans le fleuve Congo, a depuis le vendredi 5 janvier 2018 alimenté les réseaux sociaux et s'est répandue comme une traînée de poudre dans tous les milieux sociaux kinois mettant en avant plan le bouche-à -oreille.

Selon la rumeur, l'accident aurait eu lieu aux environs de 12 heures sur le tronçon exigu qu’empruntent les bus de la ligne 13 "Maman Yemo-Mbudi" et ceux de la 17 "Gambela-Mbudi", et auraient fait de nombreuses victimes.

TRANSCO qui est touché par cette campagne de nuisance dont l’objectif serait de ternir son image s’est dit, par le biais de son Directeur Général être stupéfait par ce grossier mensonge. Intervenant sur les médias, Michel Kirumba a tenu a rassuré qu’aucun bus n’a fini sa course dans le fleuve en faisant savoir que tous les bus engagés sur cette ligne qui vont jusqu’à Mbudi, sont sains et saufs. Le Directeur Général a tenu a rassurer les Kinois sur le bon état technique des bus TRANSCO et leur a demandé de continuer à faire confiance à cette nouvelle société de transport en commun. 

Il faut noter que depuis le lancement de ses activités au 30 juin 2013 pareil accident ne s'est jamais produit. Certes, l'établissement ne nie pas enregistrer de temps en temps des cas d'accidents, allant d'un degré de gravité faible au plus élevé, dans lesquels et ce pour la majorité n'être qu’impliqué au second degré. Dans la plupart des cas, le conducteur se trouve être piégé malgré lui dans le feu de l'action occasionné par les autres usagers de la route.

Bien qu’inévitable et tout en sachant que gérer c'est prévoir, TRANSCO a mené de nombreuses campagnes de sensibilisation sur la "conduite préventive et responsable" auprès  de ses conducteurs. TRANSCO en bon manager s'emploie donc  à réduire au maximum le taux d'accident. C'est dans cette optique qu' il collabore avec un consultant spécialisé dans la formation sur la conduite rationnelle et économique qui est chargé de former dans les rangs des conducteurs des "formateurs-moniteurs ". Ceux-ci seront revêtus de multiples casquettes et investis de plusieurs missions. L'une d'elle, la descente sur terrain pour être au plus près des conducteurs de réseau afin de déceler les imperfections dans la conduite qui ont échappé à la vigilance des recruteurs lors du test de conduite sur piste ou encore relever les mauvaises habitudes qui se sont enracinées avec le temps.

Tout est parti d’une image qui a circulé sur les réseaux sociaux affichant un bus tombé dans un lac. Il s’agit d’un car de la société suisse Euro bus qui était tombé en juin 2013 dans le Léman à Vevey ! Stationné sans personne à l'intérieur à la place du Marché, le véhicule était entré en mouvement pour une raison indéterminée vers 6h et après avoir parcouru une septantaine de mètres, il s'était retrouvé dans le lac Léman. L'autocar a roulé le long de la pente, puis a emprunté le ponton des pédalos, avant de s'immerger partiellement dans le lac. Il a ensuite totalement coulé, à moins de 10 mètres. Le car est réapparu peu à peu à la surface de l'eau grâce à un treuil, une première pour les pompiers de la région.

Les causes de cet accident demeurent inconnues. La piste d'une défaillance technique semble privilégiée. Le chauffeur, qui était absent, a été entendu par les gendarmes.

Rédigé par

Nicole UNYON -PEWU