Lors du 2ème salon d’affaires de Kinshasa

TRANSCO a présenté ses services et perspectives d’avenir

Pendant 3 jours soit du 23 au 25 août 2018,  l'hôtel Invest de presse a abrité la deuxième édition du Salon d'affaires et d'investissement de Kinshasa autour du thème «Investir, diversifier et développer». Un cadre d'interactions, de promotion des activités économiques, de partage d'expérience, de recherche et d'encadrement des investissements, de découverte de nouvelles opportunités et de nouveaux marchés pour contribuer à la transformation de la société congolaise vers des hauteurs appréciables de développement durable.

C’est le président de l’Assemblée provinciale de Kinshasa, Caspa NKITUASISA, qui a procédé à l'ouverture des activités qui a regroupé des acteurs de développement nationaux et internationaux, des acteurs politiques de la RDC, des entreprises privées et publiques parmi lesquelles TRANSCO.

Kinshasa étant non seulement une mégalopole mais surtout, un vaste marché, ce salon a été une occasion pour TRANSCO de s’ouvrir à d’autres partenaires et clientèle. Il a été question pour ses délégués à cette rencontre « be to be » de présenter les différents services offerts à la population. Outre les 29 lignes du réseau urbain, TRANSCO propose l’interurbain (Kinshasa-Kikwit), les locations dans et en dehors de la ville de Kinshasa et l’abonnement scolaire.

Au cours de la conférence débat organisée à cet effet, le Directeur Juridique et des Ressources Humaines, Olivier BOGOLI a développé le sous thème : « Transport urbain, cas de TRANSCO : Défis et perspectives »

Il a dans son introduction brossé le contexte de création en 2013 de TRANSCO par le Décret N° 13/001 du 10 janvier 2013 avec pour mission d’assurer les déplacements, moyennant paiement, des personnes et des biens d’une destination à une autre en RDC ou à l’étranger, dans les milieux ruraux, dans les centres urbains ou d’un centre à un autre. Mais également de mener des études pertinentes pour résoudre durablement les problèmes du transport en commun dans le pays. Néanmoins, TRANSCO, de par ses statuts, peut également exploiter et développer d’autres activités connexes pour autant que celles-ci ne soient pas incompatibles avec son objet.

Soulignant l’importance de cet établissement depuis son lancement, TRANSCO est particulièrement heureux d’avoir réussi à changer la mentalité des Kinois en particulier qui s’alignent patiemment avant de monter dans le bus et se rendre à leur lieu de travail ou de négoce.

Abordant le point sur le fonctionnement, Olivier BOGOLI a expliqué que la survie de cet établissement de transport en commun ne dépend pas uniquement des subventions promises et réalisées en partie par le Gouvernement mais aussi des recettes journalières. Et ces recettes dépendent du rendement.  Complété par le Coordonnateur d’Exploitation, Luthanges KANTO, il a ajouté que TRANSCO doit quotidiennement faire face aux aléas de la route notamment la dégradation de la voirie qui entraîne des conséquences néfastes. Il s’agit notamment la congestion du trafic, l’amortissement accéléré des bus, des pannes précoces et le rythme d’usure des pneus, des actes de vandalisme perpétrés par des inciviques à différents évènements (manifestations sociales, sportives, politiques, incidents, accidents et autres) dans la ville et le nombre de voyageurs non payants qui augmente au point de dépasser largement le nombre retenus par l’arrêté interministériel portant fixation du prix de la course, les PVH et leurs accompagnateurs qui ne s’acquittent pas de leurs titres de voyage. Tous ces désagréments impactent davantage les charges de l’Etablissement qui sont déjà assez lourdes et structurellement supérieures au produit – du fait du prix du tarif social maintenu à 500fc en dépit de la dépréciation du franc congolais.  

Autres difficultés évoquées ce sont les pièces de rechange non disponibles sur le marché local quelques bus sont immobilisés entrainant une diminution des services des bus au réseau, la subvention  d’équilibre qui devait être versée sur une base régulière  est encore attendue du Gouvernement.

TRANSCO est actuellement à la quête de la certification ISO 9001. L’idéal serait de servir l’ensemble du peuple Congolais des 26 provinces.

Il faut noter que plusieurs participants ont visité le stand de TRANSCO dont le président de l’Assemblée provinciale de Kinshasa et les candidats à la présidence 2018 Seth KIKUNI et Yves MPUNGA.

 

Rédigé par

B.MUZEKE